quand le Jeu libère le Je